- Pourquoi la Vierge pleure-t-Elle?


- Miracles à Naju


- Signification des signes à Naju


- Cinq sommes
spirituelles de Naju


- Qui est Julia Youn?


-
Le Témoignage
et l'
Expérience de sa foi, Julia

 

- Les Témoignages de Julia au cours de la veillée de prières du premier samedi


- Chemin de l'Amour
Pour le Seigneur


- La douleur de Julia
comme âme de
victime


-
Obéissance de Julia




Julia qui dirige
"Maison d'Amour"
pour les grand-mères

 

LA MÈRE DU SAUVEUR APPORTE DES MESSAGES ET DES SIGNES D'UN DIEU POUR TOUS SES ENFANTS SUR TERRE



La statue de la Vierge exsudant l'huile parfumée.

APERCU GENERAL DES FAITS ENTOURANT LA VIERGE QUI PLEURE A NAJU,
EN COREE DU SUD, DE JUILLET 1989 A JANVEIRE 1992

La première partie des messages fut publiée en France et en Suisse et se terminant avec le message du 23 février 1989.

Les messages qui suivirent furent expédiés chaque fois à environ 150-200 personnes, aux revues «Chrétiens Magazine » en France et « Stella Maris », en Suisse. Ces revues publièrent bon nombre de ces messages. Cette deuxième partie des messages commence avec celui du 5 juillet 1989. Il est surtout destiné aux prêtres. Il parle aussi de l'imminence de la Troisième Guerremondiale. Ce jour-là, la Vierge avait versé des larmes de sang.

A partir de ce message, la Vierge met en évidence le sort douloureux qui attend le monde qui ne se soucie plus guère de son Créateur et de son Sauveur. Le message du 26 août, accompagné de nombreuses larmes de sang, est poignant. Je fus témoin de ces larmes et de l'extase de Julia. J'avais passé trois jours près de la Vierge. Ce fut le troisième jour que les larmes de sang coulèrent.

Le 14 octobre, je me étais rendu près de la Vierge avec deux de mes hôtes que j'avais invités à ccasion du Congrès Eucharistique qui se déroula, à Séoul, le 9 octobre. Cétaient Soeur Adeline Langlois, Canadienne, missionnaire au Japon et le Père Louis Bosmansm Belge naturalisé Canadien, curé au Canada.

Le Père Bosmans et moi avions été compagnons d'études au Scolasticat de Philosophie. Nous étions là depuis deux ou trois heures lorsque la Vierge commença à verser des larmes ordinaires. Le 15, le samedi, alors que nous prenions le petit déjeuner chez des religieuses, un coup de téléphone m'arriva de Naju : la Vierge verse d'abondantes larmes de sang Peu après, nous étions près de la Vierge.

Alors que nous récitions le chapelet, avec méditation sur les mystères douloureux, Julia tomba en extase, ayant prononcé ces mots du quatrième mystère : «Méditons sur Jésus portant sa croix » Elle ne prononça pas le dernier mot. Une fois en extase, devant nous, pendant plus d'une heure, Julia eut à subir des souffrances atroces.

Elle poussait des cris extrêmement douloureux, dont l'intensité déchirait nos coeurs. Le Père Louis Bosmans et moi, de nos bras cherchions à amortir les brusques sursauts qui accompagnaient les horribles tourments que Julia endurait. A la fin de ses tourments, Julia reçut un message émouvant.

Fait curieux : j'ai constaté que chaque fois que des larmes de sang coulaient en abondance, il y avait très peu de témoins, environ de sept à dix ; de même, lors des extases accompagnées de pénibles souffrances.

Le 26 novembre (1989) et ensuite au cours de la nuit du 26 (fête du Christ-Roi) au 27 novembre, les larmes de sang, très nombreuses, coulèrent sur un visage qui exprimait une intense douleur. Le message que donna alors la Vierge répète pour la troisième fois, en cinq mois, que la Troisième Guerre mondiale est déjà sur le point de commencer.

Ce sera en 1990, en mai, en août, en septembre, en octobre, que l'on recevra un signe spécial de la présence et de l'amour de la Vierge : des photos des larmes de la Vierge, des images placées par Julia près de la Statue furent abondamment imbibées d'une huile parfumée. Cela se répéta aussi avec des photos que j'avais placées moi-même près de la Statue. J'en ai qui ont gardé cette huile depuis déjà deux ans et davantage.

En novembre 1990, la Vierge, pour la première fois, demanda la fondation de l'Association de l'Arche de Salut de Marie. Elle réitéra cette demande au cours de 1991. Elle spécifia que son Coeur était l'Arche ; qu'il fallait L'aider à y faire monter le plus d'âmes possible. En novembre 1991, par des extases, Elle montra à Julia l'endroit qu'Elle s'était choisie pour l'érection d'un Sanctuaire, de même pour une source.

A cet endroit, trois fois, la messe fut célébrée : à ces moments, il y eut aussi le miracle du soleil (la lumière sphérique).Le 2 et 3 avril 1991, je me retrouvai devant la Statue avec le Père Gérard Mc Ginnity, Irlandais, directeur spirituel de Christine Callagher, Irlandaise, visionnaire qui reçoit aussi des messages. La Vierge qui pleurait déjà depuis près de deux mois continuait à verser de nombreuses larmes qui coulaient jusqu'au bas de la Statue.

Le 15 et 16 mai 1991, pour la première fois, des pèlerins arrivèrent des Philippines. Ils étaient accompagnés de deux prêtres. Le 16 mai, vers la fin de l'après-midi, ils se retrouvèrent pour la messe à la paroisse du Saint Rosaire à Naju. Les pèlerins y assistèrent ainsi que Julia et quelques Coréens. Les deux prêtres philippins concélébraient.

Le célébrant, à la communion, donna l'hostie après l'avoir trempée dans le précieux Sang de Jésus. Julia était parmi les communiants : à peine arrivée à sa place, elle sentit que de l'hostie sortait du Sang qui, se répandant dans sa bouche, déborda aussi sur ses lèvres. Les prêtres, les chrétiens présents virent le miracle. L'émotion fut grande. Des photos aussi furent prises.

J'ai écrit un article à ce sujet, article que l'on peut lire à la suite du message que Jésus communiqua à Julia sur l'Eucharistie. Julia était alors en extase. Par la suite, il n'y aura plus de message jusqu'au 26 août compris. De même, il n'y eut plus de larmes. Toutefois, sans arrêt, chaque jour et même au cours des nuits, du parfum se dégagea de la Statue.

Mais voici que le 27 août des larmes apparaissent dans les yeux, mais sans couler tout au long des joues. Et cela chaque jour  Ensuite, les larmes descendront jusqu'aux lèvres. Et ce sera ainsi tous les jours. ON les verra encore jusqu'au mardi 14 janvier (1992) compris.

Le nombre des journées de larmes depuis les premières larmes le 30 juin 1985 atteint exactement le chiffre de 700 (sept cents) journées. Cela frappa beaucoup Julia. Sa surprise fut même si grande qu'elle pensa : «que ce serait bien si une messe était célébrée chez nous. » Son désir fut exaucé.

Dans l'après-midi arriva le Père Aloysio Chang. Il célébra la messe chez Julia. Au moment de la consécration, Julia ressentit une douleur torturante à la poitrine et cela à l'improviste. Après la messe, elle s'expliqua : elle éprouva la douleur qu'aurait pu causer un glaive, une épée, une lance dans le corps. Ce coup lui fut fait en pénétrant par le côté droit de la poitrine pour s'arrêter là où est le coeur. Le côté était gonflé.

Pak Lubino, l'aide journalier auprès de la Vierge, me dit au téléphone, qu'il y avait une blessure sur le côté causée par l'arme qui avait été enfoncée dans la poitrine.Cela arriva de la même manière, le 29 janvier 1989. Julio, son mari me montra la blessure : elle avait la forme d'une croix.

Le 27 août, il y eut deux messages. Dans le premier, la Vierge parle même de Gorbatchev qui deux, trois jours avant, avait été victime d'un Coup d'Etat. Il y aura un message en septembre, un en octobre, quatre en novembre, un en décembre (1991). J'ai écrit un article sur la «fin d'après-midi du 4 novembre ».

Julia était chez moi avec le Père Chang et trois autres personnes. Julia, en extase, subit des assauts furieux des démons. Après que les démons eurent laissé leur proie, la Vierge communiqua un message. L'article a sa place à la suite du message du 4 novembre.

Dans ces messages, la Vierge ne parle plus des catastrophes, cataclysmes, calamités dont Elle parlait en 1989, 1990 et début 1991. Elle prépare, ou plutôt complète la formation spirituelle des petites âmes qui La suivent pour en faire des victimes d'amour, de réparation, élevées bien haut avec Jésus sur la croix (voir à la fin du message du 17 septembre 1991).

A propos des larmes de la Vierge, j'ai pu les voir presque à chacune des visites, lors des prières que je faisais près de la Statue. J'en ai bien compris le sens, car ces larmes de sang si douloureuses, comme on peut le voir par les photos insérées ici, jaillissaient le deuxième ou troisième jour de mes visites.

A tel point que la communauté de religieuses dont j'étais chaque fois l'hôte, me disait, lorsque le téléphone sonnait au cours du petit déjeuner : « Père, c'est pour vous. La Vierge pleure. » Ce fut le cas à plusieurs reprises. On me téléphonait que la Vierge avait commencé à verser des larmes.

Qu'ai-je compris ? Que je devais me unir toujours plus à Elle dans ses souffrances. Et je cherche à l'aider. Par exemple aussi en écrivant ces lignes, en traduisant les messages, en les faisant connaître. Mais à cela s'ajoute l'effort d'être toujours plus une victime d'amour.

Le 1er et 2 octobre dernier, je me retrouvai devant la Statue avec un prêtre belge, salésien, le Père Victor Miller. Le deuxième jour de notre séjour, il y avait nous deux et deux ou trois autres personnes près de la Vierge. Parmi elles, Pak Lubino. J'avais pris la statue dans mes bras pour que le Père Miller puisse mieux la voir.

Après un tout petit instant, voilà qu'un « liquide brillant, huileux » jaillit en haut de la tête, comme par petites gouttelettes. Ce « signe » de la présence, du « bonjour » de la Vierge y est encore. (Le Père R . Spies écrit ces lignes le 24 janvier 1992)


UN SOMMAIRE DES SIGNES SURNATURELS A NAJU
DE 1985 JUSQU'ICI
 

1. Larmes et larmes de Sang de la statue de la Vierge


2. Huile parfumée de la satue de la Vierge


3. Changements miraculeux des espèces Eucharistiques en chair et en sang


4. Descente de l'Eucharistie


5. Descente du Sang Précieux de notre Seigneur


6. Guérisons  spirituels et physiques


7. Stigmates de Julia